Beaucoup de gens utilisent la traduction automatique pour faciliter leur travail. L’outil le plus utilisé est « Google Translate ». Néanmoins, dans l’industrie de traduction, la traduction automatique signifie quelque chose un peu différente. Le processus de traduction automatique est effectué par le biais du logiciel spécifique utilisant des algorithmes linguistiques. Par conséquent, le contenu est corrigé par an expert linguistique pour assurer son exactitude.

Les outils de traduction automatique (TAO) de grande renommée tels que MemoQ et Memsource permettent l’utilisation de la traduction automatique. La traductrice ou le traducteur doit décider s’ils veulent utiliser cette fonction en donc l’activer par le biais des paramètres du logiciel avant de lancer l’étape initiale de la traduction. Même si quelques langues ne sont pas compatibles avec cette fonction, les traductrices et traducteurs ainsi que les agences de traduction l’utilisent avec précaution – il doit y avoir une raison, qui est généralement l’échéance du projet. Par exemple, l’automatisation de la traduction peut magiquement traduire des milliers de mots dans quelques instants.

Étant donné que la traduction automatique peut produire des résultats indésirables, il incombe à la traductrice et au traducteur de savoir comment utiliser cette fonction pour éviter de gâcher votre projet et son objectif final. Pour faire confiance à la traduction automatique, il faut vous assurer que le contenu est soigneusement corrigé par un professionnel linguistique. Cette technique d’édition s’appelle « révision de la traduction automatique », ou tout simplement « post-édition ».

Point d’ajout :

Techniques de post-édition de traduction automatique (MTPE)

Memsource a décrit les deux étapes d’édition les plus populaires dans la traduction automatique :

  • Post-édition légère (LPE): Cette méthode se soucie du flux général du texte et probablement des écarts grammaticaux tels que les fautes de frappe, la ponctuation, etc. La plupart des clients optent pour LPE en fonction de leur budget. Par conséquent, le post-éditeur n’en fait qu’une partie, laissant place à quelques imprécisions. Si vous faites confiance à la langue ou au travail de l’éditeur, la traduction doit pouvoir être utilisée en toute sécurité. Nous mettons toujours l’accent sur l’utilisation prévue de la traduction finale, et nous demandons à tous nos clients de s’assurer que nous sommes sur la même page en ce qui concerne les exigences de qualité.
  • Post-édition complète (FPE) : la FPE est une édition approfondie qui vise à résoudre toutes les divergences dans le contenu traduit automatiquement. Le post-éditeur examine les aspects grammaticaux, stylistiques, idiomatiques, culturels ainsi que syntaxiques de la traduction. Une bonne sortie FPE se lit aussi naturellement que la langue cible. Même si son échelle de temps est plus longue, c’est la plus recommandée si vous voulez obtenir la meilleure qualité. Enfin, ce processus ne remplace pas les mesures finales d’assurance qualité (AQ) déjà en place.

Pin It on Pinterest